Rien ne peut remplacer la présence d'un être cher

Rien ne peut remplacer la présence d’un être cher.

Il est inutile d’essayer ; il faut supporter et tenir bon.

Cela paraît très dur, et c’est pourtant aussi une grande consolation,

Car, puisque le vide n’est pas comblé, on reste lié par lui.

Il est faux de dire que Dieu le comble ;

Il le maintient au contraire et nous aide ainsi

A conserver notre ancienne communion, même si c’est douloureux.

Ensuite, la séparation est plus dure dans la mesure où nos souvenirs sont plus beaux et plus riches.

Mais la gratitude transforme le supplice du souvenir en une douce joie.

On porte en soi la beauté du passé non comme une épine,

Mais comme un précieux cadeau.

Qu’on se garde de fouiller dans ses souvenirs, de se livrer à eux.

Un cadeau précieux est un trésor caché qu’on est certain de posséder,

Mais qu’on ne contemple qu’en de rares moments ;

Alors une joie et une force durable émanent du passé.

 

Extrait de « Résistance et soumission » de Dietrich Bonhoeffer.

Aucun commentaire

Je suis reconnaissant

e suis reconnaissant

Pour cet adolescent qui regarde la télévision au lieu de faire la vaisselle,

Cela veut dire qu'il est à la maison au lieu de traîner dans les rues.

Pour les impôts que je paie,

Cela veut dire que j'ai un emploi.

Pour le ménage à faire après la fête,

Cela veut dire que je suis entouré d'amis.

Pour mes vêtements devenus étroits,

Cela veut dire que j'ai assez à manger.

Pour la pelouse qu'il faudra tondre, les vitres à nettoyer, les gouttières à réparer,

Cela veut dire que j'ai un logement.

Pour tous les reproches que j'adresse et que j'entends sur le gouvernement,

Cela veut dire que je possède la liberté de parole.

Pour la place de parking qui se trouve au loin,

Cela veut dire que je peux marcher et que je possède un moyen de transport.

Pour la facture de chauffage,

Cela veut dire que je suis chauffé.

Pour la dame qui chante faux derrière moi à l'église,

Cela veut dire que je puis entendre.

Pour la corbeille de linge à laver et à repasser,

Cela veut dire que j'ai suffisamment de vêtements.

Pour la lassitude et les douleurs musculaires en fin de journée,

Cela veut dire que j'ai été capable de travailler dur.

Pour le réveil le matin qui sonne toujours trop tôt,

Cela veut dire que je suis vivant...

Aucun commentaire

Citation : ce qu'il y a de plus parfait

 

« Ce qu’il y a de plus
parfait dans l’univers, c’est l’homme ;

dans l’homme, c’est son
âme ;

dans l’âme, c’est
l’amour ;

et dans le genre d’amour,
c’est l’Amour de Dieu. »

 

St François de Sales

Aucun commentaire

2014

Seigneur,

Dans le silence de cette année naissante, je viens te demander la paix, la sagesse, la force.

Je veux regarder aujourd’hui le monde avec des yeux tout remplis d’amour, être patient, compréhensif, doux et sage.

Voir au-delà des apparences tes enfants comme tu les vois toi-même, et ainsi ne voir que le bien en chacun.

Ferme mes oreilles à toute calomnie, garde ma langue de toute malveillance ; que seules les pensées qui bénissent, demeurent en mon esprit.

Que je sois si bienveillant et si joyeux que tous ceux qui m’approchent sentent ta présence.

Revêts-moi de ta bonté, Seigneur, et qu’au long de cette année je te révèle.

Aucun commentaire

CHOISISSEZ DE NE PAS VOUS INQUIETER

Matthieu 6 :27
Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ?

 

Beaucoup de chrétiens connaissent cette question rhétorique de Jésus, « Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? Mais, nous sommes peu à la laisser entrer dans nos cœurs, afin de permettre à l’amour de Dieu de nous libérer de l’habitude que nous avons de nous inquiéter.

La vérité, c’est qu’aucune inquiétude ne peut rallonger notre vie, ou rajouter quelque chose à notre personne physique. Au contraire, l’inquiétude vous vole votre sommeil, votre santé, et beaucoup de bonnes années. En fait, c’est seulement lorsque vous ne vous inquiétez plus, que l’onction de Dieu coule librement à l’intérieur de vous, et qu’elle vous fortifie, vous guérit, vous restaure, et  vous donne plein de bonnes choses.

Une personne de notre église, après avoir passé une mammographie, a su qu’elle avait une grosseur dans un sein. Lorsqu’elle a reçu le compte-rendu du médecin, elle a écrit dessus : « Jésus est Celui qui me guérit. Je reçois ma guérison. Je suis guérie. Je me repose entièrement sur Dieu. »

Dans l’après-midi, elle devait retourner à la clinique pour faire une biopsie, afin de voir si la grosseur était maligne. Sa belle-sœur, qui déjeunait avec elle ce jour-là, a pu témoigner de son attitude joyeuse et sereine, pendant qu’elle déjeunait.

De retour à la clinique, cette précieuse sœur s’est assise parmi les autres femmes qui étaient également là, pour une biopsie. Comme elles semblaient très inquiètes, elle a commencé à leur parler de Jésus, et elle a prié pour certaines d’entre elles. Quand son tour est arrivé et qu’on lui a fait l’échographie, le docteur s’est montré perplexe ; plus aucune trace de grosseur n’apparaissait sur le cliché !

Le docteur est parti consulter le collègue qui avait découvert la grosseur. Stupéfaits, les deux médecins ont fait de nouvelles investigations. Ils sont revenus vers elle, juste pour lui dire : « C’est un miracle ! »

Mon ami, quand vous vous inquiétez, vous croyez en fait que le diable a le pouvoir d’intervenir dans votre vie, dans des domaines où  Dieu ne peut pas vous protéger. Mais lorsque vous refusez de vous inquiéter, vous mettez votre foi en Dieu. Vous montrez que vous  avez plus confiance en Son amour et en Sa puissance, qu’en la capacité qu’a le diable à vous faire du mal ! Quand vous refusez de vous inquiéter, et que vous choisissez de vous reposer dans le tout accompli de Christ, que vous voyez les bénédictions qui sont prévues pour vous, se manifester. C’est là que vous voyez les miracles que vous attendez se produire !

Aucun commentaire

page 1 sur 2 suivante